lundi 17 février 2014

Le poème de Bukowski dans le film «Sublimes créatures»



Pour tous les fans du film «Sublimes créatures» qui cherchent en vain une traduction du recueil de poèmes de Charles Bukowski intitulé «You Get So Alone At Times That It Just Make Sense» (non traduit en français), voici la traduction du poème «no help for that», soit «rien à faire à ça», dit par Ethan à la fin  du film. Nous la devons à Yves Sarda, qui en détient le copyright. Yves Sarda, que nous remercions, a également traduit «Le grand feu», un autre très beau poème de Bukowski (mort il y a tout juste vingt ans) qu'on peut lire ci-dessous, dans la foulée.


rien à faire à ça (no help for that, tiré du recueil « You get so alone »)



il y a un endroit du cœur qui

ne sera jamais rempli

un espace

et même aux
meilleurs instants
et
aux plus fabuleux
moments

nous le saurons

nous le saurons plus que jamais


il y a un endroit du cœur qui
ne sera jamais rempli

et

nous attendrons
encore et
encore

dans cet 
espace.

                                  LE GRAND FEU


je suis en feu comme le cactus dans le désert

je suis en feu comme les paumes d’un acrobate
je suis en feu comme les crocs de l’araignée
je suis en feu à cause de toi et moi
je suis en feu en entrant au drugstore
je suis en feu je suis en feu
la fille me tend ma monnaie et
se moque de moi
je suis en feu seul dans mon lit
je suis en feu avec toi
je suis en feu en lisant un livre
sur Trotski, Hitler, Alexandre le Grand,
n’importe qui, tout humain mort vivant
marchant une fois sur la
terre
je suis en feu en regardant l’herbe
je suis en feu en regardant les oiseaux sur les fils télégraphiques
je suis en feu en répondant au téléphone –
je me lève d’un bond d’un seul quand il sonne
je brûle
je suis en feu en regardant du velours
je suis en feu en regardant un chat qui dort
je suis un truc impuissant qui brûle
parmi d’autres trucs impuissants qui brûlent
je suis couché sur le côté gauche et regarde les pierres tombales
alors je me couche sur le côté droit et regarde les pierres tombales –
elles sont toutes
en train de brûler
je suis en feu quand je colle un timbre sur une enveloppe
je suis en feu quand j’emballe des ordures dans un journal
je suis en feu à cause des héros, des nains, de la pauvreté et de l’espoir
je suis en feu à cause de l’amour et de la colère
je suis en feu comme une chauve-souris suspendue la tête en bas
comme un groom qui déteste les riches et sourit devant leurs pourboires
je suis en feu au supermarché
en regardant une femme plus que femme
se pencher pour choisir une salade de pommes de terre
je suis en feu comme une paire de ciseaux découpant les yeux du ciel
je suis en feu comme centmille singes bouillis dans un seul coeur
et qui sanglotent à travers des siècles
d’impuissance
je suis en feu comme un couteau au tranchant sans tache dans un tiroir de
cuisine
je suis en feu comme un mendiant en Inde
un mendiant à New York
un mendiant à Los Angeles…
la fumée et la brûlerie s’élèvent
et la cendre est écrasée sous…
je suis en feu comme le cirque qui s’en est allé
le champion qui abandonne sur un genou
tout brûlant
tout seul
une seule
cendre
je suis en feu comme une baignoire sale dans un meublé isolé
je suis en feu comme le cafard que je tue avec ma chaussure
je suis en feu à cause des hommes, femmes et animaux
qui sont torturés et mutilés dans des lieux sombres et
solitaires
je suis en feu à cause des armées et des anti-armées
je suis en feu à cause de l’homme que je hais le plus au monde
je suis en feu sans aucune chance
la graisse est dans le feu, l’agneau est au dessus
le sacrifice semble sans fin
l’épreuve semble sans fin
le soleil est en feu…
et l’horizon vitreux est rouge
et les pleurs
et les pleurs
et toi et moi
le soleil brûle tout :
les chiens, les nuages, la crème glacée
la fin
la fin de l’escalier
la fin de l’océan
le dernier cri
l’insecte dans le bocal
éclate en flammes
et l’intérieur du crâne
cède
en/fin
la fumée se
disperse

Et si vous voulez en savoir beaucoup plus sur Bukowski, mon livre «Buk et les Beats, suivi d'un entretien avec Charles Bukowski», tout juste paru dans une édition augmentée, est actuellement en librairie. On peut également l'acheter chez Amazon en cliquant sur le lien: http://www.amazon.fr/Buk-beats-Jean-François-Duval/dp/2841867269/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1392629419&sr=1-1&keywords=Duval+Buk+et+les+Beats




7 commentaires:

  1. juste une question you get so alone c'est de la ou vien la phrase il y'a un vide dans nos coeur .... svp je veux bien avoir une réponse j'aimerai lire le livre merci d'avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le poème est bien tiré de ce livre

      Supprimer
    2. Se livre Alone se trouve til en français ?

      Supprimer
  2. Non, le recueil «You Get So Alone At Times that it Just Makes Sense»
    n'existe pas en traduction française.

    RépondreSupprimer